• Bienvenue sur Forum Dragon Ball Z & Dragon Ball Super. Veuillez vous connecter ou vous enregistrer.
08 Juillet 2020 à 05:24:54

Nouvelles:

Version 2.1 RC2 (beta) en cours de test


[Fiction] Dragon Ball West Galaxy

Démarré par escl4ever, 26 Février 2010 à 21:54:12

« précédent - suivant »

RyN

lol j'ai eu peur escl4ever ^^ !
Est-ce que c'est le chapitre le plus long ? Vivement le prochain !  :ha:

escl4ever

Dragon Ball Z West Galaxy

Chapitre 3 : Premières sorties

Provoquant un halo de lumière, la dénommée Telia réapparut dans un endroit désert de la navette de Phalys. S'assurant d'être bien seule, elle remit ses manches et sa robe en bon état, légèrement froissés par sa téléportation. Elle décida d'avancer vers la salle principale mais sursauta en voyant arriver Phalys devant elle, lui barrant la route avec le bras.

- Ou étais-tu passée ? demanda vigoureusement le tyran.
- Juste faire un petit tour, rien de plus, pourquoi ? répondit calmement la vieille dame.
- Ouais... Je n'aime pas quand tu t'éclipses comme ça !! s'enragea t-il.

La vieille dame ne daigna commenter et partit vers sa chambre.

« Elle ne va pas me jouer de mauvais tours longtemps, celle-là »

* * * * * * *

L'annexion de la planète Youna était terminée. La moitié de la population fut envoyée sur Phalys, afin de travailler en tant qu'esclave. Phalys voulait que sa planète soit la plus belle de l'Univers, et il n'avait pas trouvé meilleur idée que d'envoyer ses colonies afin de parfaire l'élégance de ses terres. L'autre moitié fut exterminée sans remord par les hommes du tyran, car ce dernier pensait que ces individus ne serviraient en rien à la conquête de l'espace. Une semaine avait suffit aux armées démoniaques pour venir à bout de l'astre végétal. A présent, l'objectif de Phalys était la planète Saturna. Cette planète était entourée d'un disque d'astéroïdes, rendant son approche particulièrement difficile. Cependant, pour Phalys, qui voulait mettre sa flotte en avant et faire en sorte que toute la Galaxie Ouest ait peur de lui, il avait à cœur de démontrer qu'aucun obstacle ne serait capable de lui résister.

- Mon Seigneur, nous arrivons progressivement aux abords du disque de roches, que faisons-nous ? demanda Razek.
- Pour cette planète, je veux que la moitié de ma flotte aille sur le terrain, nous risquons de rencontrer de puissants ennemis là-bas, prononça t-il.
- Tr... Très bien, maître. Il faut que j'envoie quels compartiments ?
- Envoies tous ceux de l'Ouest et de l'Est.
- A vos ordres !!

Razek retourna dans sa salle de commandement, et demanda l'atterrissage des deux flottes en question.

Dans son vaisseau 1 de l'Ouest, un général se lécha les babines :

- Je vais enfin pouvoir m'amuser... dit-il d'un ton diabolique.

Les vaisseaux regroupant les soldats s'apprêtaient à s'engouffrer dans la barrière de roches. Dès lors, toutes les protections des navettes se mirent en place, repoussant les nombreux astéroïdes se propulsant à leur rencontre. Cependant, cela n'empêchait pas les secousses, et un des engins spatial faillit se retourner sur un autre, ce qui aurait été dramatique. Mais grâce à un soupçon de chance et de sang froid de la part des pilotes, tous les vaisseaux purent entrer dans l'atmosphère Saturna sans dommage.

* * * * * * *

Sur la planète Takka, Paikuhan était parti dans les grandes plaines se trouvant à l'ouest de sa ville, Amione. Il était en compagnie de Taylun, qui avait convaincu Julnhone de le laisser partir avec son protégé. La nounou du petit garçon redoutait cet endroit, car il y avait une sombre forêt juste à côté des plaines. On disait qu'elle regroupait des animaux féroces et dangereux. Mais son ami avait pu la rassurer :

- Ne t'inquiète pas, je n'irai pas vers cette partie, assura Taylun.
- Très bien, je te fais confiance. A tout à l'heure, Paikuhan.
- A ce soir, Nounou !! répondit le chérubin avec un grand sourire.

Nos deux amis arrivèrent très vite vers les plaines, où l'herbe dominait toute la surface, laissant quelques arbres fruitiers prendre leur place. Un soleil ravissant scintillait dans le ciel, mais il y avait un vent turbulent. Tout en marchant, Taylun faisait rire Paikuhan avec des grimaces plus drôles les unes que les autres. Il faut dire qu'avec son crâne formé en carré, sa calvitie et ses rides, il n'avait pas une tête commune. Après quelques minutes, le vieux sage décida de s'arrêter.

- Cet endroit me parait parfait, il y a de l'espace pour que tu puisses bien te défouler !

En guise de réponse, Paikuhan lui adressa un grand sourire.

- Bon, et bien nous allons commencer !! J'ai pris tes affaires de sport, enfile-les.

Le petit être ôta sa tunique noire pour enfiler un haut bleu lui recouvrant le torse ainsi qu'une tunique blanche sur tout le corps. Sur ses jambes, il portait un pantalon de combat violet. Sur la tête se tenait un haut chapeau noir soutenu par un turban blanc.

- N'oublies pas de mettre la ceinture !

Après s'être complètement changé, Taylun débuta son activité. Il souhaitait que l'enfant coure après un disque de métal qu'il lancerait dans le sens du vent et qu'il le rattrape avant qu'il ne touche le sol. Cela lui apprendrait à contrôler sa vitesse, et à améliorer son anticipation. Le vent est un adversaire coriace pouvant jouer de nombreux tours.

- Très bien, je vais effectuer mon premier lancé, tu es prêt ?
- Vas-y !!

Taylun se concentra un instant, et projeta tout en finesse le disque. Mais ce dernier partit à une grande vitesse, tout en zigzaguant dans les airs. Paikuhan ne savait plus où donner de la tête, et courrait dans le vide sans savoir s'il rattraperait ou non le projectile. Alors qu'il crût se placer convenablement pour saisir l'objet, ce dernier bifurqua complètement, et se retrouva une dizaine de mètres plus loin, devenant insaisissable. Il tomba lourdement sur le sol, devant les yeux ébahis de Paikuhan. L'enfant accourut vers le disque, le ramassa et tenta de l'examiner. Mais à son grand regret, il ne trouva rien montrant une quelconque anormalité. Il le remit à Taylun, lui demandant tout de même ce qu'il avait pu se passer :

- Ah ça, je ne te le dirai pas ! Un jour, tu comprendras !

Paikuhan se retourna, perplexe. Mais il oublia vite lorsque son ami lui renvoya le disque. Une seconde fois, notre héros ne put le récupérer, alors qu'il était certain d'être au bon endroit.

Le temps passait, et Paikuhan n'avait pas réussi une seule fois à rattraper le disque. Le vent se montrait capricieux, et jamais à l'avantage du garçon. Taylun prévenu l'enfant que c'était la le dernier lancé. « Il faut que je l'ai, cette fois » se retroussa Paikuhan. Avant de projeter une dernière fois l'objet, Taylun regarda brièvement la forêt. « Et si... »

- Tiens Paikuhan, attrape ça !!

Le disque de métal s'envola beaucoup plus rapidement que les fois précédentes, mais dans une trajectoire rectiligne. Le vent n'avait aucune influence sur lui malgré les rafales qu'il envoyait. De son côté, l'enfant suivit des yeux son objectif, tout en courant à vive allure. Le nœud de son turban se dessouda, et le chapeau tomba sur le sol. Mais Paikuhan n'en avait que faire, il fallait monter à Taylun qu'il était capable de rattraper au moins une fois ce fichu disque. Le gamin ne faisait pas attention à sa course, et petit à petit, il s'approchait de la forêt redoutée par Julnhone. Mais il s'en rendit compte lorsqu'il perdit de vue l'objet au profit de grands arbres sombres. Ne regardant pas devant lui, il s'emplafonna dans un tronc, le faisant chuter subitement sur le sol. Une pomme noire tomba sur sa tête, pour l'énerver un peu plus encore. « Qu'est-ce que je fais ? J'y vais ou pas ? » Il regarda derrière lui, mais il ne parvenait pas à apercevoir Taylun. Soudain, un bruit de sifflement le fit sursauter. Examinant une nouvelle fois les alentours, il se lança à la conquête de l'objet perdu « C'est sûrement le vent » déduit-il.

Il s'aventura un peu plus profondément dans la faune sauvage, guettant le disque. A tâtons, il observa sous les roches, les buissons ou scruta les arbres pour voir si le disque n'était pas resté coincé sur une branche. Après plusieurs minutes de recherche, le chérubin se posa le dos contre un rocher, afin de se reposer un petit peu. Il se demandait quand est-ce que Taylun viendrait le chercher. Il se retourna pour revenir sur ses pas, mais il ne se souvenait plus du chemin parcouru.

- TAYLUUUUN !! cria t-il.

escl4ever

C'est alors que son regard se posa sur une branche d'un arbre enterré non loin de lui. Il l'avait trouvé !! Le disque s'était enfoncé dans l'écorce de l'arbre, à environ cinq mètres de hauteur. Paikuhan ne réfléchit pas et décida de grimper afin de le récupérer. L'écorce amochée de l'arbre permettait à ses petites mains de s'agripper assez facilement, bien qu'il glissa à certains moments. Une branche robuste lui permit de se mettre sur les genoux et d'étendre son bras pour saisir le métal. Cependant, il était trop petit, et il se mit debout sur la tige. Pour son plus grand plaisir, il attrapa le disque et sautilla de joie ! Mais un craquement se fit entendre, et sa joie quitta son visage :

- Oh oh... Aaaaaah !!

La branche s'arracha de l'arbre, et retomba lourdement sur le sol, propulsant Paikuhan au loin. Heureusement, l'enfant ne subit aucun dommage, sinon que son pantalon était légèrement arraché. Le temps qu'il reprenne ses esprits, notre héros s'avança dans la forêt, étant sûr que Taylun viendrait le rejoindre. Il ne se doutait pas des dangers rôdant autour de lui. Alors qu'il s'empressait de ramasser un fruit paraissant appétissant, un bruit timide de craquement attira son attention.

- Taylun ? C'est toi ?
- Grrrrr !!
- Aaaah !!

Paikuhan tomba en arrière, terrifié par l'animal devant lui. Une sorte d'ours mesurant près de deux mètres se tenait face à lui, les griffes acérées et prêt à bondir. Son souffle rauque raisonnait dans la tête de l'enfant, qui restait scotché sur place. Il empoigna le disque et le projeta sur l'ours pour le déséquilibré. Il ferma les yeux au moment de l'impact. Contre toute attente, l'ours tomba en arrière, apparemment désaxé par la puissance du lancé. Paikuhan en profita pour se relever et courut à toute vitesse. Le mammifère fit de même et démarra sa course. Serpentant entre les arbres, l'enfant parvenait à garder une distance avec l'animal. Mais en se retournant, il trébucha sur une racine relevée sur le sol. Une douleur au tibia se fit quelque peu ressentir, et la peur de voir s'approcher l'ours l'empêcha de s'échapper à nouveau. Il se retrouvait à la merci de son chasseur, et ne put éviter de lâcher un cri de terreur. L'ours grogna comme pour s'assurer la victoire et la satisfaction d'un bon repas. Il arma son bras pour enfoncer ses griffes dans le corps de Paikuhan, et s'élança. L'enfant ferma les yeux, se recroquevillant sur lui-même. Un temps passa, et rien ne se produit. Lorsqu'il rouvrit ses paupières, il vit la gueule du monstre grande ouverte devant lui, les griffes à quelques centimètres de son visage et ses yeux plongés dans les siens. Il attendit quelques secondes, et vit étonnement l'ours tomber sévèrement sur le sol.

- Tu as retrouvé le disque ?
- Taylun !!

Paikuhan s'émerveilla et sautant dans les bras de son mentor, qui lui rendit son sourire ainsi que son chapeau, tombé de sa tête auparavant.

- Je l'avais retrouvé, mais je l'ai perdu en échappant à cet ours...
- C'est pas grave, ne t'inquiète pas, j'en ai d'autre chez moi. Rentrons, maintenant.
- Oui, il faut raconter tout ça à...
- Non, ne lui dis rien, s'il te plait. Je ne voudrais pas qu'elle s'inquiète. C'est compris, Paikuhan ? dit-il très sérieusement.
- Oui, se contenta de répondre l'enfant.

Sur le chemin du retour, Paikuhan raconta exactement ce qu'il s'était passé à Taylun. Ce dernier était heureux de la tournure des évènements, et fut soulagé que Paikuhan ne lui demande rien sur le la chute de l'ours.

« Il sera bientôt prêt pour l'entraînement »

* * * * * * *

D'un coup de poing salvateur, Romad, l'empereur saturnien, envoya valser son adversaire, qui s'écrasa sur le sol. Une horde de soldat s'avança vers lui, lance à la main. Mais le défenseur de la planète se concentra, et expédia plusieurs boules de Ki pulvérisant ses opposants. Mais d'autres hommes apparaissaient sans cesse. Comme c'était le cas dans les montagnes de Saturna. L'armée de Romad avait eu juste assez de temps pour se rassembler lorsque les troupes de Phalys furent détectées. Depuis de longues heures, la bataille faisait rage et le sang versé ne faisait qu'accentuer le dévouement des deux troupes. Comme l'avait prédit leur maître, cette planète regorgeait de bons soldats, et son annexion se montrait être une tâche beaucoup plus ardue que celle de Youna. Malheureusement, les envahisseurs demeuraient beaucoup plus nombreux, et gagnaient petit à petit du terrain sur leurs adversaires.

- N'abandonnez pas, Saturniens !!

Romad encourageait ses armées comme il le pouvait, voyant la situation se dégrader au fil des heures. L'être fort grand et à l'apparence rurale possédait en réalité une grande force, étant le seul de son espèce à maîtriser le Ki. Après avoir esquivé le revers d'un ennemi, il lui brisa le cou grâce à son coude. C'est alors qu'il vit arriver un Phalys beaucoup plus imposant que les autres, tâché de sang comme s'il avait égorgé à lui tout seul les habitants de la planète.

- Ton heure a sonné, Romad !
- A qui ai-je affaire ?
- Mon nom ne t'intéresse pas, pas plus que ta politesse me plait.
- Alors viens, et cesse de parler !!

Romad s'engagea dans le combat. Le guerrier Phalys rejeta son arme par terre, et se prépara à contrer son opposant. Ce dernier s'entourant d'une aura rouge, et expédia son poing vers son antagoniste. Celui-ci le stoppa avec sa paume, et le repoussa au loin. Il désarçonna la défense du saturnien, et lui asséna un coup de boule brisant son arcade. Romad riposta par un coup de pied retourné. Ne redoutant pas la peur de se faire tuer, il augmenta vivement son aura, déterminé à réduire à néant cet inconnu. Ses muscles durcirent, et sa taille augmenta encore un peu plus, si bien qu'il s'apparentait presque à celle de son antagoniste. Conscient qu'il avait désormais une chance, il s'élança avec une boule de Ki propulsée à l'encontre de l'ennemi. Ce dernier la repoussa sans difficulté et émana lui aussi un Ki noir défiant le rouge de Romad. Son regard sanguinaire en disait long sur le plaisir qu'il avait à combattre. Les deux homme se percutèrent violemment, créant une onde de choc. La puissance de Romad fit tituber légèrement le Phalys, qui n'était pas tombé pour autant. Au contraire, il reprit son arme qu'il avait laissé, et une vague Kikoha s'échappa de l'orbite, renversant âprement le saturnien. L'envahisseur retrouva son sourire, et entama une course jusque l'empereur, mais n'y trouva que de la poussière. Romad apparut derrière lui et lui fit un croc en jambe. Il prépara une boule de Ki évité par le guerrier Phalys qui se retrouva à son tour dans le dos de l'attaquant. Il arma son poing et l'enfonça dans la colonne vertébrale de sa victime, qui cracha du sang. Son agonie n'était pas finie, car de nombreux coups de genoux vinrent fracasser une à une ses vertèbres. L'homme de Phalys retourna Romad et lui envoya un crochet du droit qui l'éjecta quelques mètres plus loin. Ne pouvant plus bouger, un œil fermé et la main levée comme pour demander grâce, le chef saturnien ne put empêcher son détracteur préparer à son tour un Kikoha.

- Mon nom est Lazak !! Bon séjour en enfer !!

La déflagration atomisa le corps de Romad. Lazak, sourire démoniaque aux lèvres, s'assura de la mort de l'empereur, et sortit un microphone d'un coin de son armure afin d'en informer Phalys.

- Très bien, Romad mort, Saturna ne sera plus difficile à conquérir. Tuez-les tous !!
- Bien, maître !!

Lazak se retourna vers ses soldats, et ordonna la mort de tous les saturniens. A l'heure actuelle, rien ne pouvait arrêter cette armé destinée à réduire en cendre l'Univers entier.

* * * * * * *

La cour du royaume était simple. Un grand puits était creusé au milieu du bitume, alors que la salle d'entrainement et la salle des armes se trouvaient sur la gauche. A droite du puits, une armurerie gigantesque s'établissait. De nombreux passants émettaient des signes de respect envers nos deux amis, avant de vaquer à leur occupation. Tout en se faufilant à travers la population, Kalos entama sa marche vers un petit chemin recouvert de caillasse. Onalis le suivait en trainant les pieds. Apparemment, l'idée de revoir son père ne lui plaisait pas plus que ça. Si bien qu'il n'hésita pas à faire tomber un vieil homme alors que ce dernier lui barrait inconsciemment le chemin.

- Non mais ça va pas ?? s'énerva Kalos.
- Il me coupait la route !! répondit Onalis, bouillonnant.
- C'est pas une raison, tu es le Prince de cette planète quand même !!

Kalos se baissa et aida le vieillard à se relever, tout en s'excusant de la part du petit enfant. Il attendit que le grand père se retrouve quelques mètres plus loin pour attraper fortement Onalis au bras et le fixer droit dans les yeux :

- Tu as un statut à défendre !! Et tu ne dois décevoir personne !!
- Oui, c'est bon, j'ai compris !!
- Très bien, l'incident est clos.

Les deux individus repartirent d'un pas vif, et arrivèrent devant un incroyable château. Il était majestueux, et scintillait au soleil. Toutes les couleurs de l'arc-en-ciel arboraient les vastes décorations extérieures de cette merveille, et la couleur dominante était un mélange de beige et de blanc. Le chemin recouvert de cailloux se changeait au fil des pas et de la distance parcourue pour rayonnait d'un sol protégé par un tapis de soie rouge très épais. Des arbres extrêmement fleuris ornaient cette petite route, ce qui n'était pas pour ravir Kalos, le sourire retrouvé sur son visage :

- Cet endroit est vraiment magnifique, n'est-ce pas ?
- Mouais, se contenta de répondre vaguement Onalis.

Une fois rentrée à l'intérieur de la bâtisse, le Prince fut accueilli bras ouvert par son père :

- Onalis, mon fils, comment vas-tu ?
- Bien, père.
- Je suis content de te voir, cela faisait un peu de temps je crois, non ?
- Deux jours.

Le visage radieux d'Oulainas, le père d'Onalis, sembla encore plus radieux en voyant Kalos :

- Mon cher frère !! Quel bonheur de te voir !!
- Moi aussi, répondit-il gaiement.
- Tu t'occupes bien de ton filleul alors, à ce que je vois ?
- Il le faut, en tant que Prince, il aura vite de grandes responsabilités.
- C'est vrai, réfléchit le Roi. Mais je m'occupe de tout, il n'a rien à faire pour le moment !!

Onalis n'écoutait déjà presque plus. Son père, il le détestait. Jamais il ne prit la peine de s'occuper de lui comme un fils. Depuis sa tendre enfance, il était laissé à l'abandon, et c'était son oncle Kalos qui l'éduquait. Il lui apprenait surtout l'art du combat. Le combat, c'était la seule chose dans laquelle il pouvait vraiment se défouler. Il adorait ça. C'est pour cette raison qu'il passait des heures dans les plaines du Sud avec son oncle. Comme son père devait gérer sa fonction de roi, il avait demandé à son frère de prendre soin de son fils durant ses moments d'absence. Moments qui duraient bien plus qu'ils ne devraient au goût d'Onalis.

Cependant, Kalos prenait un vrai plaisir à ses fonctions. Car il aimait son neveu plus que n'importe qui. N'ayant pas de femme ni d'enfants à chérir, il consacrait corps et âme à ce petit garçon. Même s'il aimait son frère, il n'approuvait pas le fait qu'il délaisse Onalis. Mais il n'osait pas lui dire la vérité en face, ayant peur du statut d'Oulainas.

- Kalos, est-ce qu'on peut aller dans le jardin, je voudrai m'entraîner encore.
- Demande à ton père s'il est d'accord...
- Tu peux, pas de soucis, coupa le Roi.

Onalis quitta aussitôt son père, et poussa la porte amenant aux jardins extérieurs. Il donna un violent coup de pied dans un des nombreux bancs de ce mini parc, et prit soin de se fracasser la main contre le mur ornant également la salle de son paternel.

« Il m'énerve !!! » pensa t-il chaudement en lui.

RyN

Enfin, Païkuhan est de retour, mais à vraiment besoin d'entraînement car il est faible là ^^ !
Les hommes de Phalys sont puissants !
Son père a l'air d'aimer son fils mais lui pas :/ !

Vivement la suite !

escl4ever

Merci ryn !! La fiction n'est qu'à son début, donc ce n'est pas trop intéressant, le temps que je mette mon scénar en place !! Merci d'avoir lu, car tu es le seul :D

RyN

Mais de rien, je t'avais dit que je lirais toutes tes fictions  :D !

Asgard

Mais non il n'est pas le seul moi aussi je lis, mais j'ai pas encore pris le temps de poster !!  ^u^ ^u^

J'ai hâte de lire la suite !!

Hikarii

Bon chapitre, que je n'ai pas pu lire plus tôt, puisque je n'avais pas remarqué que tu l'avais déja mis, tant cette partie du forum est en vie !  :D

Païkuhan est enfin là, il est faible, mais ça s'arrangera surement avec le temps ^^.
Et Onalis n'est pas trés sympa avec son pére ...

( J'aime beaucoup cette réplique  ^u^ : )

Citer- Mon nom est Lazak !! Bon séjour en enfer !!



escl4ever

Merci à vous trois, ça me fait très plaisir !!! Il est vrai que le forum est très vivant, donc pour voir qui poste ou qui ne poste pas, c'est assez difficile !! J'espère vous poster le prochain bientôt, le mieux serait en fin de semaine prochaine :)

Super Yoyojin

Moi non plus je n'avais pas vu le nouveau chapitre ^u^ Heureusement que je l'ai enfin vu, car il est excellent, encore une fois :ha:
Tu prends bien le temps de développer les relations entre les personnages, ce qui est appréciable ;) J'ai hâte de voir Paikuhan progresser :goku:

Gohan35

Je n'avais pas vu non plus que tu avais poster un nouveau chapitre. Je le trouve encore une fois très bien.
J'ai bien aimer le passage de Paikuan avec le disque.