Dragon Ball Super et DragonBall Z en France
News

Yakuza: Like A Dragon (Ball) : Notre test d’une licence coup de coeur

Si on aime Dragon Ball, on aime forcément de près ou de loin le Japon, sa culture, et son style de vie. Et si vous êtes aussi un amoureux du Pays du Soleil Levant (ou tout simplement de GTA-like), alors Yakuza Like A Dragon est fait pour vous. Précisons tout de suite que ce n’est pas un article sponsorisé, mais une réelle volonté de ma part de vous faire partager mon retour sur ce nouvel opus d’une licence trop sous-cotée en France.

Yakuza 6 marquait la fin du voyage du protagoniste Kazuma Kiryu. Il nous laissait seuls, avec la question suivante : « Et maintenant ? » Pendant des années, les joueurs avaient exploré le Japon avec Kiryu, s’attachant au personnage ainsi qu’au modèle que ses jeux bâtissaient. Le studio « Ryu Ga Gotoku Studio » aurait simplement pu se apporter un nouveau visage à Kamurocho, et continuer à faire tourner la machine, mais ils vont cette fois tenter de bousculer (un peu) le modèle. Dans Yakuza Like a Dragon, le studio a voulu faire bouger les choses en abandonnant les bastons d’arcade traditionnelles, et en le remplaçant par des combat au tour par tour. On a bien un nouveau visage, et il est accompagné tout au long de son aventure à Yokohama d’un groupe de héros partageant les mêmes idées. C’est un pivot qui aurait pu se terminer en catastrophe. Heureusement, le pari audacieux de Like a Dragon porte ses fruits, avec l’un des meilleurs titres de la licence Yakuza à ce jour.

Yakuza Like a Dragon Image 2

Un nouveau protagoniste

On plante le décor : vous êtes Ichiban Kasuga, un Yakuza au grand cœur. Autant dire que ça n’allait pas être simple de passer derrière le stoïcisme et la détermination de Kiryu. Kasuga est certes un membre de la pègre criminelle Tokyoïte, mais son charme et sa volonté d’aider les gens à résoudre leurs problèmes font sa force. Kasuga n’est clairement pas Kiryu, et c’est un peu son problème. Ce nouveau héros est impulsif, impétueux et un peu maladroit.

Si vous avez joué aux opus précédents, vous êtes habitués à servir les plus puissantes têtes des familles Yakuza de Tokyo. Mais le nouveau garçon, Ichiban Kasuga, partira de zéro. Il devrai grimper les échelons, avec un long prologue qui le voit emprisonner pendant 18 ans pour un crime qu’il n’a pas commis, avant d’être renié par sa famille Yakuza, et laissé pour mort dans un tas de détritus. Au début du jeu, il se retrouve sans-abri, gravement blessé, avec rien d’autres que les vêtements tachés de sang et un mystérieux billet falsifié de 10 000 ¥. À partir de là, c’est à vous de retrouver votre chemin vers une vie de crime, cette fois dans la préfecture de Yokohama. Elle offre une aire de jeux environ trois fois plus grande que Kamurocho – le cadre des précédents jeux. Comme toujours, le gros point fort, c’est la représentation ultra réaliste de la vie japonaise dans la rue, avec ses gyudon, ses takoyakis, ses konbinis, ses game centers, et ses nombreux distributeurs automatiques de boissons. Un réel plaisir pour les nostalgiques de Japon.

Plus que jamais un RPG Yakuza

Au début, nous ne savons pas grand-chose sur Kasuga, qui finit par être l’un des points les plus rafraîchissants offerts par Like a Dragon. Sans le poids d’une demi-douzaine de jeux, et autant d’histoires sur ses épaules, Kasuga est une ardoise vierge pour cette nouvelle aventure à Yokohama. Kasuga a des objectifs et des motivations – comprendre pourquoi sa figure paternelle dans le clan Tojo l’a trahi est le principal d’entre eux – mais le fait qu’il soit si petit dans ce monde de Yakuza crée un sentiment de liberté exaltant. On rappelle que dans les précédents opus, on incarnait Ryu, aka le « Dragon de Dojima »… rien que ça. Ce nouveau héros qui sort de taule n’a aucune relation dans cette nouvelle ville, et donc les premières heures sont remplies de choses simples comme trouver du travail. Ce qui pourrait s’avérer être un truc ennuyeux est intelligemment complété par un système de RPG qui sous-tend toute l’expérience.

Like a Dragon n’est pas seulement une version superficielle des RPG ; il contient aussi une quantité satisfaisante de profondeur, y compris dans les différents travaux que les personnages peuvent effectuer. Vous commencez en tant que héros balançant des chauves-souris, mais vous pouvez également passer à plusieurs autres rôles, comme un chef, un musicien ou un danseur de break. Chaque rôle acquiert de nouvelles capacités au fur et à mesure qu’il progresse, comme un chef cuisinier utilisant une technique de combat « flambée », ou un musicien jouant un air « guérisseur » de fête. Les emplois et les attaques globales sont assez simples, ce qui convient parfaitement à la licence. Changer de technique est simple, même si cela nécessite un arrêt rapide chez Pôle Emploi – un bon rappel que, aussi ridicule que cela puisse être, il est ancré dans son propre sens de la réalité !

Un tout nouveau système de combat

J’étais un peu surpris par le combat au tour par tour au début, mais je me suis rapidement pris d’affection (ça se dit ?) pour ce mode de combat. Les habitués de la licence Yakuza remarqueront des animations familières, y compris des actions de balancement de vélo lorsque les personnages trouvent des accessoires sur le terrain. Les pressions sur les boutons au bon moment accordent des dégâts supplémentaires, ou atténuent les attaques ennemies, ce qui m’a vraiment aidé à rester alerte pendant les batailles. Alors que Kasuga prospère tranquillement dans la ville, d’autres personnages se joignent à l’action. Cela ajoute beaucoup plus de profondeur, évidemment.

Yakuza Like a Dragon Image 5

Comme toujours, il y a une grande conspiration criminelle qui se joue. C’est un jeu Yakuza, après tout – mais cela ne semble pas aussi inutilement compliqué que certaines des intrigues dans les autres opus. Se souvenir de tous les faits d’actualités importants (dans le jeu) n’est pas aussi accablant qu’auparavant, probablement parce que Kasuga n’est pas au courant de tout de ce qu’il se passe. Encore une fois, c’est un petit pion à côté d’un Kiryu (et c’est ça qui est bon). J’ai aussi adoré la façon dont l’histoire se dévoile progressivement. Kasuga et ses amis en apprennent beaucoup sur le monde criminel de Yokohama en occupant divers emplois dans toute la ville. Il découvre la ville et ses habitants en même temps que nous, ce qui est une approche vraiment sympa.

Des quêtes secondaires à la pelle

Ce ne serait pas un jeu de Yakuza sans une abondance d’activités secondaires, et Like a Dragon nous gâte. Si vous vous faites chier sur la mission en cours, ou si vous voulez faire une pause dans l’histoire, plusieurs longues activités ou activités secondaires sont là pour occuper votre temps. Yokohama abrite plusieurs grandes zones de divertissements, y compris une série Dragon Karting de type Mario Kart, avec des rivaux de course, des bonus et des tournois à plusieurs niveaux. Vous avez aussi une simulation de gestion d’entreprise vraiment prenante, où vous embauchez des gens pour gérer une variété d’entreprises différentes pour augmenter les profits. Vous affrontez des investisseurs en salle de conférence, et son esprit est similaire à celui de la gestion du cabaret ou du baseball qu’on avait vu dans les précédents jeux Yakuza. C’est une façon amusante de gagner beaucoup d’argent, au passage.

Like a Dragon s’écarte des jeux qui l’ont précédé, mais j’ai trouvé que ces changements sont vraiment excellents. Même si j’ai apprécié la formule Yakuza, celle de Like A Dragon n’en est vraiment pas moins palpitante. Ce titre a suffisamment d’éléments familiers pour donner l’impression qu’en son cœur, c’est un jeu Yakuza. J’ai pleinement apprécié à quel point cette nouvelle identité est en train d’établir une nouvelle identité, finalement. En espérant que ce soit la première étape d’une suite sans fin ! Sans surprise, la conduite de véhicule en déplacement libre est toujours impossible, contrairement aux autres GTA-like. En effet, les petites ruelles japonaises ne se prête pas à la conduite, et on n’emprunte jamais les grandes avenues.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Accepter [+ INFOS]