Dragon Ball Super et DragonBall Z en France
News

Les Dieux de la Destruction de Dragon Ball sont étonnamment normaux

Dans les mythes et légendes, peu importe les peuples, les civilisations, ou les religions, la simple évocation de Dieu de Destruction suffirait à faire trembler n’importe quel croyant. Dans notre société actuelle (pas dans le monde de Dragon Ball) ils portent différents noms : Batara Kala, dieu indonésien des enfers, du temps et de la destruction ; Nergal, dieu mésopotamien du soleil, de la pègre, de la guerre et de la destruction ; Perses (Titan), dieu de la destruction dans la mythologie grecque ; ou encore Shiva, le dieu de la destruction dans la mythologie hindoue.

Mais dans Dragon Ball Super, les Dieux de la Destruction ne sont pas qu’une pure entité divine à part entière, mais au contraire, ils semblent assez normaux – si on met de côté leur puissance absurde.

Les-12-Dieux-de-la-Destruction-panorama
Les 12 Dieux de la Destruction

Dans DBS, les Dieux de Destruction sont quelques-uns des nouveaux personnages et concepts introduits dans l’univers de Dragon Ball. Ce sont les homologues des Kaioshin, qu’on peut considérer comme étant les Dieux de la Création. Pour mémoire, les Kaioshin sont des shinjin (神人), autrement dit des créatures nées des fruits de l’arbre divin appelé Kaiju, sur la Planète Kaishin.

Mais les Dieux de la Destruction ont une puissance bien à part, et c’est cette puissance écrasante qui a permis à Akira Toriyama de relancer la série sur une nouvelle intrigue avec le film Dragon Ball Z Battle of Gods en 2013. Avec l’arrivée du Dieu de la Destruction Beerus dans la vie de Goku et des autres, les fans ont découvert d’autres entités similaires, toutes aussi puissantes, vivant dans d’autres univers.

Cependant, malgré tout ce pouvoir incroyable, les dieux de la destruction peuvent être incroyablement maladroits et irrévérencieux. En effet, il semble que les moments libres des dieux consistent à se prélasser dans la beauté, ou à manger et boire leurs collations préférées, ou encore à passer leurs journées sur des plates-formes de streaming vidéo. Mais c’est aussi cette touche d’humour qui apporte un décalage qui fait de Dragon Ball l’œuvre intergénérationnelle qu’elle est aujourd’hui. Voici un aperçu de ce que font les dieux de la destruction, et comment leurs autres comportements démentent ces tâches.

Qui sont les Dieux de la Destruction?

Comme le suggère la connotation violente de leur nom, les dieux de la destruction existent pour apporter la décimation à divers mondes à travers le multivers. Ce sont à la fois les binômes et les opposés des Kaioshin, qui apportent l’équilibre en créant et en favorisant la vie au lieu de la détruire. Cela implique que si un Kaioshin meure, la même chose arrivera à son Dieu de la Destruction. Cela permet d’assurer l’équilibre dans les 12 univers existants, car « la destruction ne peut pas exister sans création », et vice versa. Contrairement aux Kaioshin, qui sont intrinsèquement divins, les dieux de la destruction sont désignés et peuvent être tués. C’est pour cette raison que les dieux de la destruction que nous connaissons appartiennent à diverses espèces – dont beaucoup ont des apparences extraordinaires.

Fidèles à leur nom, les dieux de la destruction sont beaucoup moins amicaux et enclins à aider les mortels que les Kaioshin. Ils utiliseront également volontiers ces mortels comme de simples pions pour les servir aussi longtemps qu’ils seront jugés utiles.

Tous-les-Dieux-de-la-Destruction
Tous les Dieux de la Destruction

Les Dieux de la Destruction sont tarés, mais à la fois « humain »

Malgré leur immense pouvoir et leur rapidité à le démontrer, les dieux de la destruction peuvent être incroyablement mesquins, émotionnels, et étrangement « humains ». Beaucoup d’entre eux ont un tempérament incroyablement lunatiques, ce qui oblige leurs interlocuteurs à prendre des pincettes pour éviter leur colère.

D’autres ont des bizarreries individuelles, telles que le penchant de Beerus pour les collations et la nourriture – chose qui l’a presque amené à exterminer le vieux Kaioshin pour avoir interrompu son repas. D’un autre côté, Heles est incroyablement vaniteuse et détruit les choses simplement parce qu’elle les trouve laides. Cela fait d’elle la seule Déesse de la Destruction à respecter Goku, parce qu’elle le trouve beau gosse.

Mais les dieux dans Dragon Ball savent aussi se laisser entraîner par les derniers divertissements. Ils ont des « GodPad », et une chaîne de streaming appelée « GodTube », qui, tout comme cela en a l’air, est un service de type YouTube qui permet aux dieux de regarder les événements se déroulant dans le multivers. Gowasu vise même à devenir un GodTuber, donnant l’impression que les divinités ne sont finalement pas exempt de se laisser prendre par la fièvre de la célébrité en ligne. D’autres passe-temps quelque peu ironiques sont la lecture de « God Comics », comme on l’a vu récemment dans le chapitre 70 de Dragon Ball Super.

Être un dieu de la destruction n’est pas un travail de toute une vie, car le poste peut être perdu s’ils ne font pas correctement leur travail, ou s’ils ne le prennent pas au sérieux. En plus de démontrer les enjeux et l’importance de ce travail, cela suggère surtout aux lecteurs que d’autres personnages pourraient devenir des dieux de la destruction dans la suite de l’histoire.

Ces traits et tendances servent à faire que le rôle et ceux qui l’occupent ressemblent en quelque sorte à des individus moyens de tous les jours, avec leurs goûts, leurs aversions, et leur tendance à paresser au boulot. Souvenez dans Dragon Ball (quand Goku était petit) : le Roi de la Terre nous était présenter à apparence de chien. La franchise Dragon Ball a toujours eu tendance à avoir des personnages insignifiants ou nonchalants en position de pouvoir. Le concept de divinité n’a jamais été particulièrement ostentatoire dans le monde de Dragon Ball, et il n’est pas étonnant de voir les Dieux de la Destruction gaffer et profiter de la vie autant qu’ils le peuvent.

Dragon-Ball-Super-Episode-18-Beerus-dort
Dragon Ball Super – Episode 18 : Beerus dort

Source : cbr.com

Ça peut aussi vous intéresser !

Le chat d’Akira Toriyama qui a inspiré Beerus

Saiyuke

D’où vient ce combat inédit de Trunks vs Perfect Cell ?

Saiyuke

Un kilo de drogue à l’effigie de Dragon Ball Z saisi près de Nantes

Saiyuke

Des bottes « Dragon Ball Z » dans la dernière collection Louis Vuitton

Saiyuke

Dragon Ball Super et One Piece célèbrent les 60 ans du Festival d’Annecy

Saiyuke

Zack Snyder est prêt à faire un film Dragon Ball Z

Mehdi M.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Accepter [+ INFOS]