Dragon Ball Super et DragonBall Z en France
News

Shueisha dément être à l’origine des plaintes pour DMCA

Vendredi dernier, un petit nombre d’utilisateurs de Twitter était touché par une vague de strikes en rapport avec Dragon Ball, soit disant émis par Shueisha, l’ayant-droit de Dragon Ball. Ils avaient en effet reçu une plainte DMCA les accusant de porter atteinte à leur droit d’auteur, et Twitter avait automatiquement (=bêtement) supprimé de nombreux tweets, et suspendu temporairement des comptes. Jeudi de la semaine dernière, Twitter avait verrouillé de nombreux comptes et supprimé des images en réponse à des revendications de droits d’auteur prétendument sous le nom de l’éditeur de manga japonais Shueisha . De nombreuses images supprimées étaient liées aux propriétés de Shueisha, en particulier au manga One Piece et Dragon Ball Super.

Sauf que certaines de ces publications incluaient pourtant des photographies de fanarts et de cosplays, de quoi soulever certains doutes.Et effectivement, après quelques investigations, tout portait à croire que cette « Affaire Shueisha » des strikes Dragon Ball et One Piece sur Twitter pouvait être un hoax. En effet, des victimes se sont rendus comptes que ces attaques comportaient des incohérences, et que tout portait à croire qu’un tiers en était à l’origine. Par exemple, selon @newworldartur, le numéro de téléphone et le numéro de fax dans le document de plainte appartenait à Kadokawa, et non à Shueisha comme indiqué. @newworldartur prétendait en outre avoir identifié l’utilisateur qui avait envoyé les réclamations en corrélant le nom utilisé dans le document de réclamation avec un YouTuber portant un surnom similaire. Le YouTuber aurait menacé une autre YouTubeuse de harcèlement et de strikes pour droits d’auteur afin de la contraindre à entrer en relation.

Shueisha prend la parole, et dément.

Chose extrêmement rare : face à l’ampleur de l’affaire, Shueisha vient d’émettre un communiqué affirmant que les suppressions de droits d’auteur ne venaient pas de Shueisha, mais d’un tiers utilisant le nom de la société sans autorisation. Voici ce qu’on peut lire sur leur site Web MANGA Plus, et que nous avons traduit en français.

ANNONCES DE SERVICE
Escroquerie de violation de droits d’auteur
Jeudi 14/01/2021

« Il a été porté à notre attention que Shueisha a faussement été représentée par un individu envoyant des demandes de suppression pour droits d’auteur sur Twitter et d’autres plateformes de médias sociaux. Shueisha consulte actuellement les différentes plateformes pour déterminer quelles mesures peuvent être prises pour résoudre ce problème. »

Source : https://mangaplus.shueisha.co.jp/announcement

On rappelle que ce procédé n’est pas nouveau, puisque l’un de vos fansites Dragon Ball Super Français, que vous likez peut-être tous les jours, nous lançaient les mêmes attaques par usurpation d’identité de Toei Animation il y a quelques années sur Facebook, jusqu’à ce que nous nous rendions compte de la supercherie.

Bref, Shueisha a donc nié toute implication dans ces dénonciations calomnieuses, affirmant qu’elle avait été « faussement représentée par un individu » envoyant des réclamations pour droits d’auteur. La firme enquêterait actuellement avec les plateformes de réseaux sociaux pour décider d’un plan d’action. La bonne nouvelle dans cette histoire, c’est que Shueisha se range clairement du côté du partage, et ne semble pas prête à striker qui que ce soit (dans la limite du tolérable, cela va de soit).

Ça peut aussi vous intéresser !

Shang-Chi officialise discrètement Dragon Ball dans le Marvel Cinematic Universe

Saiyuke

Dragon Ball Super Gallery [02/42] : Le message de l’auteur de Bleach, Tite Kubo

Saiyuke

Dragon Ball : l’équipe olympique italienne prend la pose du Commando Ginyu

Saiyuke

Laisser un commentaire

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Accepter [+ INFOS]